Bienvenue dans l'espace documentaires des produits SPIN'R.

Soulager les Aidants, accompagner les Aidés


La mission des “Aidants”, tout comme pour les structures qui les accompagnent, est particulièrement complexe ; en effet, si concevoir et décrire l'aide dont on pourrait avoir besoin soi-même est particulièrement aisé, concevoir une aide adaptée -acceptée et utile- à la Personne Aidée est plus difficile.

 

Aujourd’hui d’ailleurs, les solutions disponibles sur le marché peinent à prendre en compte les capacités mentales, physiques ou intellectuelles des Aidés, ainsi que leur absence de familiarité aux outils informatiques.

 

En effet, la personne âgée isolée est extrêmement différente,dans sa logique comportementale et dans ses prises de décisionsde ce que l'Aidant a eu à expérimenter, penser, concevoir.

 

La raison de cela réside dans le fait que le cerveau d'une personne âgée consomme autant d'énergie pour penser et réfléchir que ce que consomme le cerveau de quelqu'un de 20 ans et, dans le même temps, le corps de la Personne âgée fournit moins d'énergie que celui d'une personne plus jeune.

A titre d’exemple, à 20 ans le cerveau consommerait 20% de l'énergie fournie par le corps ; à 80 ans, ce serait 60%.

 

En conséquence, la personne âgée "bouge moins" et s'impose de moins penser. De fait, elle décide de moins utiliser son cerveau et c'est ainsi qu'au "glissement" s'ajoutent des "décrochages" (délestages) que la personne âgée se sent obligée d’accepter pour s'économiser.

Si elle est accompagnée, elle sera incitée à faire et à se dépasser ; si elle est isolée, elle va démultiplier les décrochages, qui vont alors se généraliser. Il s'en suit une dérégulation de la journée et une perte de la conscience du temps, de l'heure qu'il est, et/ou de la relation avec l'horloge interne.

 

Les conséquences en sont que l’observateur, méconnaissant cette réalité, va généralement mettre ce qu'il voit sous la responsabilité d'Alzheimer ou d'une entrée dans un état de démence sénile. Alors même que cet état n'est que la conséquence de "décrochages volontaires" et que, par la suite, cette situation est réversible.

Un exemple : L’Aidé oublie un mot et n'a personne pour le lui remémorer. Il n’a ni le courage (la force) ni l'envie de faire l'effort mental pour le retrouver. Il le remplace alors par un autre mot. La mémoire étant associative, l'oubli de ce mot va le conduire à en oublier un autre, puis un autre encore. Cela le conduit à entrer dans un état que l'on va appeler "aphasie"-perte partielle ou complète de la capacité à s'exprimer ou comprendre le langage écrit et parlé.

Néanmoins, ce phénomène peut être compensée avec l'I.A.

C’est dans ce cadre que nous avons conçu l’A.M.I. (Assistant Mémoriel Individualisé). Courte animation de présentation en cliquant ici

Madame, Monsieur,

 

Notre Offre

 

Nous vous proposons dans un premier temps de télécharger gratuitement l’application AIDANT. Pour cela, merci de nous retourner le formulaire ci-après.

Cela vous permettra de :

  • -  vous familiariser avec l’outil

  • -  participer à valider la pertinence de cette application en nous faisant parvenir vos

    retours et suggestions d’amélioration

  • -  accroître la capacité de vos parents âgés isolés à être autonomes

     

En effet, l'A.M.I. n'est qu'un outil et ne sera utile que si l'Aidant l'alimente et si la Personne Âgée Isolée l'accepte et l'adopte

 

A retourner à :
Christian Bonidal,
Fondateur de 
Les Béquilles du Cognitif SASbonidalchristian@gmail.com